image_pdfimage_print

Profondes inquiétudes concernant l’infiltration de la branche russe de la FECRIS en Belgique

HRWF (07.12.2022) – Human Rights Without Frontiers est très préoccupé concernant l’infiltration depuis des années par des propagandistes pro-Poutine et anti-ukrainiens dans la politique belge, y compris le parlement fédéral de la Belgique

Bitter Winter a récemment publié plusieurs documents d’enquête sur la branche russe de la FECRIS : le 23 novembre, le 4 novembre et le 17 octobre. Un nouveau document a été publié le 5 décembre. Il est intitulé “Novopashin confirme : ‘Les anti-sectes russes font toujours partie de la FECRIS’,” par Massimo Introvigne.

HRWF (07.12.2022) – Le 19 mai 2017, Alexander Korelov, l’avocat de plusieurs propagandistes orthodoxes radicaux russes bien connus et hostiles aux Témoins de Jéhovah ainsi qu’à d’autres minorités religieuses en Russie, comme Alexander Dvorkin, a été invité par la FECRIS (Fédération européenne des centres de recherche et d’information sur les cultes et les sectes) au Parlement belge à une conférence controversée présidée par le député belge André Frédéric.

 

L’homme politique belge est le président d’AVISO, identifiée comme une association anti-sectes en Belgique affiliée à la FECRIS. En 2021, il a été nommé président de la FECRIS après avoir été membre de leur conseil d’administration pendant plusieurs années, avec Alexander Dvorkin, ancien vice-président de la FECRIS pendant plusieurs années et connu comme un propagandiste orthodoxe extrémiste. Cette personnalité belge est très utile à la FECRIS car elle peut leur donner accès aux locaux du Parlement fédéral belge pour leurs conférences et bénéficier ainsi d’une certaine aura et d’une légitimité apparente mais fausse.

 

Le 14 juin 2022, André Frédéric a accueilli une autre conférence de la FECRIS, en tant que président, dans les locaux du Parlement fédéral belge. Et il publie un article dans un grand journal francophone, Le Soir, évoquant leur combat pour l’aide aux victimes de sectes. Les victimes de n’importe quel type d’agresseurs méritent toujours d’être aidées, mais dans le cas de la FECRIS, la soi-disant assistance cache un agenda idéologique anti-sectes. En réalité, la FECRIS, ses affiliés et d’autres groupes anti-sectes stigmatisent et diffament de manière répétée un certain nombre de groupes religieux ou de croyances qu’ils n’aiment pas ou dont ils ont été membres, mais ils ont perdu un certain nombre d’affaires dans divers tribunaux, un domaine dans lequel HRWF a spécifiquement enquêté.

 

Alors, pendant combien de temps le Parlement fédéral belge va-t-il continuer à tolérer des conférences stigmatisant des communautés convictionnelles minoritaires ?

 

Alexander Korelov a affirmé avoir des preuves que les Témoins de Jéhovah préparent un coup d’État contre le président Poutine, a déclaré Bitter Winter dans un article publié le 17 octobre. Il convient toutefois de rappeler que les Témoins de Jéhovah sont apolitiques, objecteurs de conscience au service militaire et opposés à la violence.

 

Pendant des décennies, la branche russe de la FECRIS a semé la haine envers un certain nombre de communautés non orthodoxes dans les esprits de la population russe.

 

Pendant des décennies, la branche russe de la FECRIS a également alimenté sa propagande inspirée par le Kremlin et l’Eglise orthodoxe russe avec des discours de haine anti-ukrainiens.

 

Pendant des décennies, la branche russe de la FECRIS a ouvert la voie à la guerre de la Russie contre l’Ukraine avec la bénédiction du Patriarche Kirill de l’Eglise orthodoxe russe alors que la FECRIS, basée dans un pays (la France) connu pour sa doctrine de la laïcité, prétend reconnaître le droit à la liberté de religion.

 

Depuis de nombreuses années, le vice-président de la FECRIS est le propagandiste orthodoxe russe controversé Alexandre Dvorkin, déclaré persona non grata en Ukraine depuis 2014 et qui, malgré cette interdiction, est toujours membre du conseil d’administration de la FECRIS.

 

Depuis des décennies, les contribuables français ont été utilisés à leur insu pour financer la FECRIS.

 

Il est temps pour le président Macron d’écouter Bitter Winter, la récente protestation de 82 experts ukrainiens sur les questions religieuses et d’autres lanceurs d’alerte qui ont à plusieurs reprises tiré la sonnette d’alarme et mis en garde contre l’infiltration en France et dans d’autres pays de l’UE de l’idéologie extrémiste de nationalistes radicaux russes.

 

Il est également temps que le Président Macron mette fin au financement des discours de haine de la FECRIS contre l’Ukraine, que le député belge André Frédéric se tienne à distance de la FECRIS et que le Parlement fédéral belge mette en place une commission d’enquête sur les activités de la FECRIS en Belgique.

 

Novopashin confirme :« Les anti-sectes russes font toujours partie de la FECRIS »

Bitter Winter (06.12.2022) – Une question importante se pose à propos de la fédération européenne anti-sectes FECRIS : sa relation avec ses organisations affiliées russes, qui calomnient l’Ukraine depuis au moins 2014 et sont maintenant des partisanes enthousiastes de l’invasion russe. Elles contribuent à la propagande russe en diffusant de fausses informations selon lesquelles le gouvernement ukrainien serait dominé par des «sectes.»

La FECRIS déclare qu’elle est en désaccord avec l’invasion russe, mais cela ne peut pas être un argument suffisant si elle continue à être représentée en Russie par certains des plus féroces agitateurs et propagandistes anti-ukrainiens.

Consciente qu’elle avait un problème russe, la FECRIS a décidé de maquiller son site Web. Les organisations russes faisant partie de la FECRIS, toujours répertoriées comme telles le 31 mars 2022, ont disparu de la liste de ses organisations membres sur son site Web au début du mois d’avril. Cependant, il n’a pas été possible de savoir si elles avaient été expulsées ou si la FECRIS avait simplement procédé à un ajustement cosmétique de son site Web.

Les noms des membres du conseil d’administration de la FECRIS sont déposés auprès des services administratifs de la France, où est immatriculée l’organisation et où se trouve son siège social. Nous avons régulièrement consulté cette liste et l’activiste anti-sectes russes le plus farouche, Alexander Dvorkin, est toujours indiqué comme membre du conseil d’administration. CESNUR, l’organisation mère de Bitter Winter, a écrit à la FECRIS pour demander si les affiliés russes faisaient toujours partie de la fédération et si Dvorkin était toujours membre du conseil d’administration, mais n’a jamais reçu de réponse.

Le 11 novembre dernier, 82 universitaires ukrainiens, dont tous les plus grands spécialistes des religions du pays, ont écrit au Président français Macron pour lui demander de mettre fin au soutien financier que la France continue d’offrir à la FECRIS, étant donné que la fédération anti-sectes entretient des relations avec des organisations russes qui apportent un soutien actif et important à l’invasion de l’Ukraine du fait de leur propagande.

Les universitaires ukrainiens se doutaient bien que la FECRIS répondrait comme elle l’a fait, qu’elle compte aussi deux organisations ukrainiennes affiliées. Ils ont expliqué que l’une est notoirement pro-russe et que l’autre est inactive depuis des années, et qu’en tout état de cause, ni l’une ni l’autre n’a condamné officiellement la propagande anti-ukrainienne des branches russes de la FECRIS.

La lettre a été à l’origine d’un développement inattendu, qui a en quelque sorte résolu le problème de savoir si la FECRIS s’est contentée de cesser ses relations avec ses affiliés russes ou si elle les a expulsés.

Les affiliés russes de la FECRIS sont eux-mêmes membres d’une organisation nationale anti-sectes appelée «Association russe des centres d’études religieuses et cultuelles» (РАЦИРС / RATsIRS). Son président est Alexander Dvorkin et son vice-président est l’archiprêtre Alexander Novopashin, un activiste anti-sectes anti-ukrainien fanatique de Novosibirsk. Ils sont également les représentants du «Centre d’études religieuses au nom de Hieromartyr Irenaeus of Lyon» de Moscou, lui-même une organisation affiliée à la FECRIS. L’organisation anti-sectes locale de Novosibirsk «Centre d’information et de consultation sur le sectarisme après de la cathédrale au nom du Saint Prince Alexander Nevsky», dirigée par Novopashin, est une autre organisation russe affiliée à la FECRIS.

Novopashin a décidé de répondre à la lettre des universitaires ukrainiens adressée au Président Macron. Il a fait publier sa réponse par 4s-info et l’a ensuite reproduite sur son propre site Web. Sans vraisemblablement connaître la plupart des signataires, il les a gratuitement insultés en écrivant qu’ils sont «82 apologistes des sectes ukrainiens qui se disent scientifiques.» Certains de ceux qui ont signé n’ont jamais écrit sur les «sectes», mais ce n’est pas la partie la plus intéressante de la réponse de Novopashin.

Novopashin a écrit que les «pseudo-chercheurs» ukrainiens ont attaqué «la Fédération européenne des centres de recherche et d’information sur les sectes FECRIS, enregistrée en France. Notre centre d’information auprès de la cathédrale au nom du Saint Prince Alexandre Nevsky est un membre correspondant de cette organisation. Mais la plainte mentionne principalement un théologien orthodoxe bien connu, mon ami, le professeur Alexandre Leonidovitch Dvorkin, et, enfin, moi, votre humble serviteur.

Le professeur Dvorkin est le président du Centre d’études religieuses au nom de Hieromartyr Irénée de Lyon, le représentant la FECRIS en Russie. Et je suis le vice-président du Centre. La cible principale des apologistes des sectes, en tant que grand spécialiste russe des sectes, est le professeur Alexandre Leonidovitch Dvorkin. Cette lettre a été envoyée dans l’espoir que le Président de la France influence la FECRIS pour qu’elle expulse le professeur Alexandre Dvorkin et moi-même de l’organisation.»

Comme les catholiques le disent à propos de Rome, «Novosibirsk locuta, quaestio soluta» : lorsque Novosibirsk a parlé, la question a été résolue. Si ceux que Novopashin considère comme les méchants de l’histoire «espèrent» que lui et Dvorkin seront expulsés de la FECRIS, il est clair qu’ils ne l’ont pas encore été. En fait, Novopashin avoue que son centre de Novosibirsk est toujours «un membre correspondant de l’organisation», comme il l’était avant l’invasion de l’Ukraine en 2022. Le centre d’études religieuses de Dvorkin, au nom de Hieromartyr Irenaeus of Lyon, est toujours «le représentant de la FECRIS en Russie.» Personne ne les a expulsés. Pourquoi leurs noms ont-ils disparu du site Internet de la FECRIS est une question à laquelle la FECRIS pourra peut-être répondre.

En attendant, Novopashin clarifie, au bénéfice des universitaires ukrainiens et de la FECRIS, que lui et ses amis continuent à «soutenir activement l’opération spéciale en Ukraine.»

Photo : L’archiprêtre Alexander Novopashin. De Telegram.

Further reading about FORB in Belgium and Russia on HRWF website

HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com
Menu

Notice: Trying to get property 'term_id' of non-object in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/responsive-menu/v4.0.0/inc/classes/class-rmp-menu.php on line 435