1

Notice: Undefined index: et_header_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1216

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1216

Notice: Undefined index: et_header_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1217

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1217

Notice: Undefined index: et_template in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1218

BOSNIA & HERZEGOVINA: the migration crisis is far from over

By EU High Representative Josep Borrell

 

EEAS (05.01.2021) – https://bit.ly/3s1MfDo – Over the last weeks, we have witnessed a serious humanitarian crisis concerning hundreds of migrants in Bosnia and Herzegovina. The crisis is largely due to the dysfunctioning governance in the country. However, it also reminds us of the urgent need to update our common asylum and migration policy.

 

During the past days, in the middle of Christmas and New Year’s Eve celebrations, we have been working with my colleagues Commissioners Johansson and Lenarčič, to mitigate a dramatic humanitarian situation in Bosnia and Herzegovina (BiH), where thousands of vulnerable refugees and migrants are without protection, out in the open in dire winter conditions with their lives at risk. It is an experience from which lessons should be learned.

 

Totally inappropriate and dangerous living conditions

 

On 23 December, the Lipa reception centre for migrants was closed down. It was a summer tent facility opened in response to COVID-19 in the Una Sana canton of Bosnia and Herzegovina, bordering Croatia. Over 1,200 migrants were staying there in totally inappropriate and dangerous conditions during the winter.

 

After BiH authorities ignored repeated appeals to provide basic and secure living conditions and humane treatment, the International Organization for Migration (IOM), which administered the Lipa centre, started to close it on 23 December. Reportedly, a handful of occupants then set fire to the camp in protest, rendering it uninhabitable.

 

3000 migrants without access to basic shelter in winter conditions

 

The closure of the Lipa centre left around 3000 refugees and migrants without access to basic shelter and services in winter conditions. There would be an alternative: the Bira centre in the nearby city of Bihac, which was refurbished with €3.5 million EU support. It is suitable for winter conditions but stands empty, due to the opposition of local authorities and population to open it.

 

The BiH Council of Ministers took the decision to open Bira centre – actually twice, on 21 and 31 December. The local authorities however continue to block it, resisting the implementation of the decision of the Council of Ministers. They refer to the lack of sharing of responsibility between the different regions of BiH for managing the presence of migrants and refugees and the local population has expressed concern about its safety, especially in Bihac.

 

In an attempt to find alternative solutions, the BiH Minister of Security tried to relocate the migrants to Bradina in the Hercegovina-Neretva canton. However, the plan also encountered resistance by the local authorities. The Council of Ministers of BiH did not support the idea and it was ultimately abandoned. Because of the dysfunctionality of decision-making in BiH, no other solution has been made available to the migrants by the state authorities.

 

With nowhere else to go, some 900 persons have had to continue to sleep in Lipa in the open for a week now and some 800 people have gone off to sleep in abandoned buildings and the woods. The weather is cold and wet, and there is a strong probability of conditions worsening significantly in coming weeks. Lives of many hundreds of people are being seriously jeopardised and their basic human rights disregarded.

 

The EU engaged from the start of the crisis

 

The EU has engaged with all actors from the start of the current crisis and called for months on the authorities to avoid a humanitarian catastrophe. Finally, after concerted EU outreach over New Years’ Eve, the armed forces of BiH were deployed to provide emergency tents and assistance. This is an important first step, and now urgent work must be carried out to provide basic services such as sanitation, running water, beds and heating.

 

On 2 January, EU Ambassador/EUSR to Bosnia and Herzegovina Johann Sattler and Ambassadors of Austria, Germany and Italy met in Sarajevo with the Minister of Security of BiH Selmo Cikotic to discuss urgent solutions to address the basic needs of the people and provide humane conditions on the ground.

 

Around 8,000-9,000 migrants in Bosnia and Herzegovina

 

Looking at the bigger picture, a total of around 8,000-9,000 refugees and migrants are present in BiH. The migrant centres Bira, Borići, Miral, Sedra, Lipa, Ušivak and Blažuj have a capacity of 7,400 places for 5,600 officially registered migrants. Since 2018, the EU has repeatedly asked BiH authorities to address migration effectively. Lipa is not the first crisis.

 

Despite repeated and high-level EU advocacy and important financial help to address the needs of migrants and refugees and to strengthen border and asylum management, the country’s authorities have not ensured an effective management of reception capacities and a functioning asylum system. Regardless of the fact that these migrants and refugees are overwhelmingly only in BiH because they seek a brighter future in our Union, BiH has an obligation under international human rights instruments to care for them on its territory.

 

The EU has consistently supported BiH to do so. Since 2018, the EU has provided more than €88 million, to address the immediate needs of refugees, asylum-seekers and migrants and to help the country strengthen its migration management capacities. Most recently, on 3 January, the European Commission has announced €3.5 million in humanitarian aid to help the refugees and migrants that face a humanitarian disaster in the Una Sana canton.

 

We have to ensure that migrants seeking asylum in the EU get decent treatment and humane living conditions during the entire application process. This has to be requested everywhere, in the EU and in our partner countries. Unfortunately, it is not only in BiH that this is a problem. However, what is particular in this case is that fully equipped capacity is available and remains unused. While we stand ready to assist our partner countries to achieve this goal, they must assume their responsibilities in that domain. As an aspiring member of the EU, these principles should apply in BiH.

 

More broadly, the current crisis in BiH reminds us that the global challenges around migration and addressing migration towards Europe remain one of the most important responsibilities and at the same time, one of the most complex issues that we face. To address this challenge successfully, we need to strengthen our common migration and asylum policy.

 

The urgency of a new European Pact on Migration and Asylum

 

To achieve this goal, the European Commission has proposed last September a new Pact on Migration and Asylum, which is currently discussed by the EU member states. It sets out more efficient and faster procedures, to avoid that people spend years in limbo, waiting for their asylum applications to be processed. It tries to balance the principles of fair sharing of responsibility and solidarity. At the same time, it looks at cooperation with partner countries on migration and legal pathways. The package’s rapid adoption and implementation is crucial for rebuilding trust between member states and confidence in the capacity of the European Union to manage migration.

Picture: EEAS.





Notice: Undefined index: et_header_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1216

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1216

Notice: Undefined index: et_header_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1217

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1217

Notice: Undefined index: et_template in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1218

Un citoyen et universitaire français contraint de se convertir à l’Islam / A French citizen and professor obliged to convert to Islam

“J’accuse les autorités françaises“, écrit-il dans une lettre adressée à:
“I blame the French authorities”, he writes in a letter addressed to:
Human Rights Without Frontiers

 

HRWF (11.09.2019) – FR: Human Rights Without Frontiers a reçu un témoignage très troublant d’un professeur d’université français obligé de se convertir à l’islam et d’adopter un nouveau prénom, arabe – Ziad –, dans le cadre d’une demande de visa pour un mariage avec une dame marocaine, chercheuse dans un cadre universitaire à Casablanca.

 

Trois lettres au consulat de France à Casablanca sont restées sans réponse. Trois voyages au Maroc ont été nécessaires pour des formalités administratives. Outre ces frais de voyage, les frais d’avocat se sont élevés à 1000 EUR et l’acte de conversion et de changement de prénom a coûté 35 EUR.

 

Des recours auprès des tribunaux français sont restés vains et les demandes de soutien politique sont restés sans résultat.

 

Un autre traitement administratif n’impliquant pas un choix cornélien entre la foi et le cœur était possible sans conversion forcée à l’Islam, écrit le Prof. Stéphane Valter.

EN: Human Rights Without Frontiers has received a very disturbing testimony from a French professor of the University of Lyon. He had to convert to Islam and take a new Arabic first name – Ziad – as part of a visa application for his now-wife. She is Moroccan and is a researcher at the university of Casablanca.

 

He sent three letters addressed to the consulate of France in Casablanca which have remained unanswered. He had to take three trips to Morocco due to administrative formalities. In addition to these travel costs, lawyers’ fees for the couple amounted to 1000 EUR, and the act of conversion and first name change cost 35 EUR.

 

Review procedures through French courts remain fruitless and requests for political support have had no result.

 

Prof. Stéphane Valter writes that this administrative process was possible without a Cornelian choice between faith and heart, which would have avoided his forced conversion.

« Je suis citoyen français, maître de conférences à l’Université du Havre (au moment des faits), et depuis le 1er septembre de cette année, professeur à l’Université de Lyon 2.

 

Au niveau administratif

 

Le Consul français de Casablanca a refusé un visa à ma fiancée malgré l’extrême solidité du dossier et toutes les garanties apportées, afin qu’elle puisse venir en France et y contracter mariage. Je n’ai donc eu d’autre solution que d’aller au Maroc pour l’épouser. Et pour ce faire, j’ai été obligé de me convertir à l’islam, selon la loi marocaine, incontournable : un non-musulman ne saurait épouser une musulmane, fait que le Consulat ne pouvait absolument pas ignorer.

 

Ma fiancée (désormais épouse) marocaine est chercheuse à l’Institut Universitaire de la Recherche Scientifique (Rabat) et vacataire à l’Université de Aïn Choq (Casablanca). Elle a demandé un visa au Consulat de Casablanca, pour trois raisons : tourisme, recherche et raisons familiales (mariage prévu). À ce titre, ma fiancée et moi avons fourni au Consulat toutes les garanties nécessaires, avec tous les documents utiles. Mais le Consulat a refusé le visa.

 

J’ai alors adressé trois courriels explicatifs au Consul, avec copies au Consul adjoint et au responsable du service des visas. Ces courriels incluaient, entre autres, une attestation du maire de la commune d’Île-de-France dans laquelle notre dossier de mariage avait été déposé, pour une célébration prévue en juin 2019. Hélas, mes courriels sont restés – par manque total de courtoisie, c’est le moins que l’on puisse dire – sans réponse.

 

Saisie, la Commission des recours (Ministère de l’Intérieur, Nantes) a confirmé le refus, avec les mêmes arguments ineptes : ma fiancée ne serait prétendument pas rentrée au Maroc à l’expiration du visa (comment donc oser laisser entendre que j’allais aider ma fiancée / épouse à enfreindre la loi sur le séjour des étrangers ?) ; le garant n’aurait pas eu les ressources nécessaires pour payer un billet de retour en avion (alors que je suis un contribuable solide) ; etc.

 

Citoyen honorable, fonctionnaire d’État depuis de nombreuses années, désormais professeur à l’Université de Lyon 2, comment n’aurais-je point été contraint à la probité ?

 

J’ai donc dû aller me marier au Maroc (août 2019), puisqu’il m’était impossible de me marier en France, dans le village où demeure ma mère depuis 1968, où j’ai passé de longues années, dans lequel se trouve la maison de famille, et où est inhumé mon père. (Ce côté sentimental n’a visiblement intéressé personne, et on peut se demander si ma fiancée et moi-même avons eu affaire à des fonctionnaires humains ou à des automates sans cœur.)

 

Concrètement, j’ai dû aller au Maroc plusieurs fois (pour de courts séjours, impératifs professionnels et raisons familiales ne me permettant pas d’y demeurer longtemps) pour que nous puissions nous y marier, la célébration en France s’étant avérée impossible.

 

Une première fois pour la conversion à l’islam : l’acte de conversion – forcée, dans le sens où le Consulat ne me laissait d’autre issue – a été exécuté devant un notaire avant d’être enregistré auprès d’un tribunal, et j’ai payé l’équivalent de 35 euros. J’ai dû prendre le prénom de Ziad (que j’ai moi-même choisi), notifié dans l’acte.

 

Une seconde fois pour un rendez-vous obligatoire au Consulat, afin que celui-ci me délivre un certificat de capacité à mariage, établi environ un mois et demi plus tard.

 

Une troisième fois pour le mariage lui-même : comme je ne pouvais demeurer au Maroc trop longtemps, j’ai dû prendre les services d’un avocat local, instruit des rouages de la Justice, dont la mission était de faire accélérer le processus, qui a ainsi pris un peu plus d’une semaine au lieu de quelques mois (les tribunaux marocains étant engorgés). Le prix de sa célérité a été de 1.000 euros (somme qu’il a en partie distribuée à plusieurs fonctionnaires, pour que le dossier aille plus vite). J’ai donc été coupable de contribuer à la corruption du système, ce que je déplore, même si je n’avais pas réellement le choix.

 

Au niveau juridique

 

J’ai par ailleurs déposé une requête en référé suspension, auprès du Tribunal administratif de Nantes, contre la décision de refus de visa émise par le Consulat, puis confirmée par la Commission des recours.

 

Pour contrer ma requête, le Ministère de l’Intérieur (Direction de l’immigration – sous-direction des visas – bureau du contentieux) a développé une argumentation absurde, infantilisante et culpabilisante pour justifier le refus de visa. En sus des arguments mensongers déjà avancés par le Consulat puis la Commission des recours : j’aurais été trop pressé de me marier ; j’aurais « brandi » (juste après la notification de refus par le consulat) une attestation du maire du village de ma mère (laissant ainsi entendre que c’était une attestation de complaisance, signée à la va-vite par Monsieur le maire) pour forcer la main du Consul ; ce n’était finalement pas contraire à la Loi qu’un citoyen français, fonctionnaire et universitaire, soit obligé de se convertir à l’islam et de se marier au Maroc ; le formulaire de demande de visa ne permettant pas d’indiquer plusieurs motifs (alors que ma fiancée voulait venir pour tourisme, recherche universitaire et raisons familiales : mariage), la demande a soi-disant semblé peu claire, et donc suspecte ; etc.

 

Le Tribunal administratif de Nantes semble avoir servilement repris l’argumentation du Ministère, en ne se focalisant explicitement que sur un point, tout à fait secondaire : j’aurais demandé la suspension (en urgence) de la décision de refus de visa uniquement pour que ma fiancée, alors devenue ma femme, puisse être présente fin août lors de mon déménagement du Havre à Lyon (à la suite de ma nomination à Lyon 2). Fi, donc, de tous les autres arguments par moi avancés ! En fait, j’aurais engagé une procédure de référé suspension pour les seules commodités d’un simple déménagement, tout le reste étant omis dans l’ordonnance du juge administratif…

 

Le Tribunal n’a ainsi nullement tenu compte de mes courriers détaillés, argumentés et documentés, et son jugement n’est de la sorte pas du tout équilibré. Quelle différence entre le Droit et la Justice ! (Je ne pouvais malheureusement être présent à l’audience pour défendre oralement ma cause car je me trouvais alors au Maroc.)

 

L’audience pour l’annulation (sur le fond) de la décision de refus de visa aura lieu en décembre 2019, mais son issue n’aura qu’une portée symbolique, en cas d’annulation, étant donné que le mariage marocain est réalisé (et que la transcription de cette union à l’état civil de Nantes – pour les mariages à l’étranger – est en cours).

 

Au niveau politique

 

J’ai demandé l’intervention de la députée de ma circonscription du Havre (la 7e), qui a donc écrit au Ministre des affaires étrangères, au Ministre de l’Intérieur, puis au Premier Ministre (ancien maire du Havre), mais sans aucun résultat concret.

 

Parallèlement, j’ai moi-même demandé l’intervention du Ministre des affaires étrangères, du Ministre de l’intérieur et du Premier ministre pour débloquer une situation administrative absurde : l’erreur première d’appréciation du dossier (à cause de la mauvaise volonté) est devenue – en raison de la non-prise en compte obtuse de toutes mes clarifications et garanties – une décision discrétionnaire, un excès de pouvoir. Les autorités françaises m’ont ainsi refusé le droit de me marier dans le lieu de mon choix (le village familial), et m’ont poussé – même indirectement – à me convertir malgré moi à l’islam, avec un changement afférent de prénom.

 

Toutes ces belles correspondances politiques ont suivi la voie hiérarchique normale, et ont fini par atterrir – trois fois – dans le bureau de Monsieur le Directeur général des étrangers en France (Intérieur), dont la qualité première semble bien être de ne pas agir dans la précipitation, étant donné qu’il n’a rien fait. (Je n’ose pas un instant penser qu’il aurait donné des instructions pour que la Direction de l’immigration – sous-direction des visas – bureau du contentieux commît un mémoire en défense, au Tribunal administratif, si absurde et méchant.)

 

Pour résumer

 

Les autorités consulaires françaises (erreur d’appréciation puis excès de pouvoir), l’administration de l’Intérieur (obstination dans l’inanité), le pouvoir politique (veulerie et incompétence) et la justice administrative (dans le cas présent : à l’idiosyncrasie kafkaïenne) ne m’ont laissé d’autre choix que de me convertir à l’islam pour réaliser mon projet matrimonial.

 

Il existe pourtant des voies légales et administratives pour tout citoyen français confronté à ce choix cornélien : abjurer sa foi, ou abandonner son athéisme, pour pouvoir épouser l’élue de son cœur ; ou bien renoncer au bonheur avec sa dame de cœur pour conserver ses croyances. (Outre ceci, j’ajoute que ces voyages au Maroc ont induit des coûts, et que je suis finalement heureux, comme universitaire, d’avoir eu assez de temps libre pour les réaliser.)

 

La solution évidente était que ma fiancée vienne en France, où nous nous serions mariés. Puis elle serait retournée au Maroc d’où elle aurait demandé un nouveau visa, pour regroupement familial, dans le strict respect de la légalité. C’est ce que j’ai maintes fois écrit, au Consul, à la Commission des recours et à tous les politiciens dont les Cabinets n’ont fait que transmettre ma demande, selon la voie hiérarchique.

 

C’est le devoir des autorités françaises d’utiliser ces voies si elles ne veulent pas se rendre complices de violations graves des droits fondamentaux à l’encontre de ses citoyens. Outre la Loi française, l’article 12 de la Convention européenne des droits de l’Homme reconnaît comme fondamental le droit au mariage, dans le lieu de son choix ; et l’article 14 interdit toute discrimination, sur la base de la nationalité, qui empêcherait de facto – par le refus de visa – la tenue de la cérémonie du mariage en France.

 

Si je comprends bien que les visas ne peuvent se délivrer les yeux fermés, un minimum d’intelligence permet toutefois de trouver des solutions, surtout quand la demande est sérieuse. Et Monsieur le Consul, dont mes impôts servent à payer le double salaire, comme expatrié, aurait dû faire preuve de plus d’entendement et d’humanité.

 

De surcroît, ma conversion forcée à l’islam aura probablement des conséquences professionnelles négatives (elles ne seront en tout cas certainement pas positives), en sus de la violence symbolique : cette contrainte a peiné ma mère, aurait affligé mon père s’il avait été vivant, et a détruit les doux souvenirs de mon adolescence d’enfant de chœur (même si je me suis depuis éloigné de la religion).

 

Outre le manque flagrant de discernement, voire l’acharnement, mon cas révèle hélas clairement un réel problème de dysfonctionnement administratif, d’égarement juridique et de pusillanimité politique, qui se conjuguent dans le mépris des citoyens.

 

Stéphane VALTER, Le Havre, le 7 septembre 2019

 

 

PS: Ceux qui voudraient des précisions supplémentaires peuvent contacter M. VALTER à l’adresse email suivante : s.valter@univ-lyon2.fr


Notice: Undefined index: et_footer_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1261

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1261

Notice: Undefined index: et_footer_layout in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1262

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1262

Notice: Undefined index: et_template in /home/hrwfe90/domains/hrwf.eu/public_html/wp-content/plugins/pdf-print/pdf-print.php on line 1263